Est-il vrai que notre immunité naturelle serait capable de nous protéger de la maladie et permettrait dans tous les cas d’échapper à une forme grave de la maladie ?

Cette théorie circule sur les réseaux complotistes. Elle n’est fondée sur rien. Bien sûr, les maladies que l’espèce humaine a croisées sur son chemin ont été au moins partiellement vaincues par notre système immunitaire, sinon, nous ne serions pas là. Mais c’est une victoire collective, obtenue au prix de véritables hécatombes. Avant les vaccins, la diphtérie ou la variole tuaient les enfants par dizaines de milliers. Avant les antibiotiques, la tuberculose, les infections rénales ou les pneumonies étaient souvent mortelles. La mortalité infantile touchait près d’un enfant sur deux, et l’âge moyen du décès était de 50 ans et non de 80 ans !

Alors oui, notre espèce a surmonté ces maladies, mais les individus ont payé un lourd tribut à ces infections. Il est irresponsable de laisser entendre que l’on peut laisser mourir des dizaines de milliers d’individus sans rien faire.